Bell and Ross BR 01 Céramique

Bell and Ross BR01

Le succès de Bell and Ross ? C’est la belle histoire d’une idée toute simple, germée dans l’esprit de deux amis passionnés d’horlogerie, à savoir créer des montres inspirées des tableaux de bord d’Bell and Ross. Après des collections initiales de forme ronde, les deux compères vont coller plus que jamais à l’esprit initial « horloge…

TAG Heuer Chronographe Mikrotimer Flying 1000 : détail du cadran

TAG Heuer Chronographe Mikrotimer Flying 1000, l’impossible rejoint le mythe

La montre TAG Heuer Chronographe Mikrotimer Flying 1000 est le seul chronographe mécanique au monde à pouvoir mesurer et indiquer le millième de seconde vient d’être élu montre sport de l’année. Les premiers exemplaires de son précurseur au centième arrivent sur le marché, dans leur boîte en or rose. Se distançant des habituelles « talking pieces»,…

Breitling Transocean Unitime Chronographe : Boîtier Or Rouge

Breitling Transocean Unitime Chronographe

Avec la nouvelle complication d’heure universelle de la montre Breitling Transocean Unitime Chronographe, la aviateur Breitling » href= »http://www.horloger-paris.com/fr/2771-breitling » target= »_blank »>manufacture Breitling pose les jalons d’une nouvelle expérience horlogère à destination des grands voyageurs et des pilotes de longs courriers. Décollage !

Dans la hiérarchie des fonctionnalités horlogères dédiées aux gens appelés à voyager à travers le monde, la complication dite « d’heure universelle » est sans doute la plus rare et aussi la plus recherchée. Peu de maisons la proposent à leur catalogue. Et encore moins lorsqu’elle est associée à la fonction de chronographe.

Cela dit, des catalogues des diverses marques se dégage une offre sérieuse en matière de garde-temps dotés de ce qui semble être une complication d’heure universelle. Mais la plupart de ces pièces ne proposent qu’une lecture des heures du monde ‒ autrement dit, elles n’affichent les heures des 24 fuseaux qu’en corrélant un nom de cité à un instant T au chiffre de 1 à 24 lui faisant face. Le résultat de cette petite gesticulation intellectuelle n’avancera guère le voyageur, car la fonction d’heures du monde possède cette capacité de seulement conserver au cadran principal l’heure de référence du lieu de départ et de reporter à la périphérie les informations horaires du pays visité. Pour inverser les priorités de lecture et rendre plus utile sa montre sur place, il faudra manipuler l’instrument afin de modifier le référentiel temporel de base et permettre ainsi la lecture de l’heure de départ, cette fois sur le disque des 24 heures tournant devant les noms des capitales symbolisant chacune un fuseau horaire. Bref, une manipulation fastidieuse quand le voyageur, en plein jet lag, bagages à la main et formulaires de douane en poche, est aussi en quête de la sortie…

Renouer avec son histoire

De tous les instruments parfaitement maitrisés par Breitling, le chronographe est sans doute le plus à même de refléter son expertise dans l’univers aéronautique. Et sa capacité à avoir su, au fil des ans, adapter les fonctionnalités de ses garde-temps aux besoins des pilotes et voyageurs l’a incité à faire la synthèse de ses savoir-faire et offrir un outil à la fois sobre, efficace et utile aux professionnels de l’aéronautique comme aux cadres supérieurs en fréquents déplacements. En participant aux grandes heures de la conquête des airs, Breitling a accompagné l’essor du transport aérien et des voyages. On en veut pour preuve le lancement par la marque au B ailé, durant les Golden Years, d’un modèle sophistiqué baptisé Unitime. Une pièce aujourd’hui très recherchée, qui a servi de point de départ à une nouvelle réflexion conjuguant ces deux expertises. De celle-ci est née une nouvelle référence dans la gamme Transocean, la collection qui concentre dans ses lignes l’attachement de la marque à la période de conquête des cieux par les grandes compagnies aériennes.

Le monde au poignet

L’instrument de nouvelle génération au dessin classique est un produit bien dans son époque et réinterprète avec intelligence les lignes d’un modèle peu connu du public mais caractéristique de l’attention de la marque à servir les utilisateurs des nouveaux moyens de transport dès le début des années 50 (aviateur » target= »_blank » title= »Montre d\\\’aviateur » >avions). Le design du garde-temps d’aujourd’hui, décliné en acier et en or rose, s’inspire de celui des références de ces années de boom économique. Toutefois, il est proposé aux amateurs contemporains dans des mensurations conformes au mode de porter actuel. Ainsi, sa carrure étanche à 100 mètres et parfaitement proportionnée fait oublier qu’elle s’ose en 46 mm de diamètre. Voila qui est bien joué, d’autant que les cornes bien dessinées, en cuir Barénia ou sur maille milanaise en acier, lui permettent de s’adapter au mieux sur tous les poignets, fins ou forts. Sobre, ce chronographe possède une vraie classe et devrait intégrer sans mal la panoplie des grands voyageurs soignant leur image. Disponible avec cadran noir où blanc polar, il a tous les atouts pour se faire remarquer, qu’il soit porté en costume strict pour des destinations européennes ou en tenue plus décontractée et en cela plus adaptée aux vols longs courriers.

Un calibre à l’épreuve des voyages

Beau et équilibré, ce chronographe a également l’avantage d’une grande fonctionnalité doublée d’une grande facilité d’emploi. En effet, pour cet outil de voyage animé par le calibre de chronographe à remontage automatique de manufacture référencé Breitling 05, lire le mode d’emploi devient presque superflu. Son cœur, doté d’une réserve de marche de 70 heures et battant 28 800 alternances par heure améliorant encore la précision garantie par un certificat du Cosc, est agrémenté d’une complication dont les composants sont invisibles à la vue, mais pensés pour servir de longues années sans maintenance particulière.

En développant le nouveau calibre 05, basé sur la même architecture hautes performances que le B01, les ingénieurs ont souhaité optimiser, pour ne pas dire réinventer le mécanisme d’heure universelle en le dotant d’un système de réglage au confort d’emploi sans précédent. Ainsi, le cadran harmonieux, où se dégagent les trois compteurs classiques du chronographe (secondes permanentes à 9h, minutes écoulées à 3h et heures écoulées à 6h), présente une mappemonde où se dessine le continent américain en bleu clair sur fond d’océan bleu vert, des teintes très fifties… En plus du dateur apparaissant dans un guichet à 4h30, on peut lire à la périphérie le nom de 24 métropoles internationales et on devine, entre les index métalliques rapportés à la main, un cerclage d’heures rotatif. En réalité, les deux cerclages, celui des heures et celui des villes, tournent lorsque la complication d’heure universelle est sollicitée par le porteur. Et parce que rien n’a été laissé au hasard, les zones connaissant des horaires d’été sont indiquées de façon que leur porteur puisse adapter l’heure à la perfection en fonction des époques de l’année et des lieux dans lesquels il se trouve.

Un réglage du bout des doigts

A première vue, l’ensemble des indications sur le disque de quelques centimètres carrés peut déconcerter les plus blasés. Effectivement, les informations sont nombreuses, mais toutes parfaitement lisibles et surtout aisément adaptables à la situation.

Pour comprendre combien l’instrument est facile d’emploi, nous partons du principe que nous décollons, courant juin, de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle (Paris) à 10h10, en direction de New York. Au départ, la montre a été réglée à l’heure locale de la France. Pour ce faire, il faut placer l’indication du fuseau « Paris » à 12 h et ensuite régler l’heure locale en tirant sur la couronne de remontoir de façon à agir sur les aiguilles seules lors de sa rotation. Il suffit ensuite de repousser la couronne à fond et le calibre se charge d’afficher par l’anneau portant les 24 heures, les heures des différents fuseaux en simultané. Jusque-là, rien de bien compliqué.

En fait, toute la subtilité de la complication réside dans le fait qu’il suffit, une fois embarqué, de tirer la couronne de remontoir d’un cran pour agir sur la complication d’heure universelle. Une rotation de celle-ci fait se déplacer le disque des villes cran par cran. II suffit alors de placer le soleil correspondant à la ville de New York, car nous sommes en juin (le soleil en rouge précédé d’une petite flèche devant la ville concernée par des horaires d’été) au-dessus de l’index placé au-dessus du logo « B » de Breitling. Dans le même temps, le cercle sur lequel sont apposées les 24 heures suit le mouvement, de même que les aiguilles qui viennent afficher automatiquement l’heure de New York au cadran principal. Une observation permettra de constater que l’heure légale française précédemment affichée par les aiguilles est alors reportée en mode UTC sans perte d’une seconde et ce, malgré la manipulation.

Redoutable d’efficacité, souple et facile d’emploi, le chronographe Transocean Unitime est l’arme absolue des voyageurs en quête d’un outil performant dédié aux voyages. Identifiable et efficace comme rarement le sont les outils horlogers mécaniques, gageons que pilotes et amateurs l’adopteront d’un même élan. Seul petit bémol : les adeptes de pure mécanique regretteront l’absence d’un fond transparent qui leur aurait permis de profiter du mouvement que I’on sait réalisé avec soin. Mais l’essentiel n’est-il pas de posséder l’un des meilleurs instruments de voyage du marché, qui plus est animé par l’un des meilleurs calibres de manufacture aujourd’hui disponible ?

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Tag Heuer Monaco Automatique - Steeve McQueen dans le film "Le Mans"

Tag Heuer Monaco

Cette étonnante montre carrée a 43 ans. En la portant au poignet en 1971 lors du tournage du film Le Mans, Steve McQueen ignorait qu’il allait faire de la TAG Heuer Monaco une véritable icône horlogère. Les amateurs de sport automobile s’accordent à le dire : le film Le Mans, sorti en 1971, est certainement l’œuvre cinématographique…

Omega Speedmaster Moonwatch 1969

Evaluer la valeur d’une montre d’occasion vintage

Rob Spayne a publié un excellent article, en anglais, visant à éclairer l’acheteur d’une montre d’occasion vintage sur les points fondamentaux à observer à la loupe avant d’ouvrir son portefeuille. Il nous inspire ici pour guider plus succinctement le collectionneur avant d’acheter une Rolex, Blancpain, IWC, Omega ou tout autre belle montre de luxe. L’authenticité…

Omega Seamaster Aqua Terra - Boîtier Acier avec bracelet en acier

Omega Seamaster Aqua Terra

Omega Seamaster Aqua Terra La boussole et la montre font mauvais ménage ! On sait les effets désastreux du magnétisme sur les garde-temps. D’où l’attention jamais relâchée des horlogers pour les en préserver. Omega semble avoir trouver la parade avec son nouveau calibre. Un calibre qui résiste aux champs magnétiques les plus intenses… 17 janvier…

Chanel Tourbillon Volant : détail du boîtier et de la couronne

Chanel tourbillon volant commémoratif

Chanel Tourbillon Volant II y a 25 ans, Chanel entrait en horlogerie avec sa première création dont la forme s’inspire de la géométrie octogonale du bouchon du flacon du parfum N°5 et de la place Vendôme. Aujourd’hui, toujours très proche des femmes, la maison Chanel leur offre l’opportunité d’accéder au monde des hautes complications mécaniques.…